Archives de catégorie : Environnement / Environment

Law and littoral management

Law and littoral management. Generalities and reflections for further interdisciplinary research projects.

Dr. Cédric Leboeuf, Maritime and Oceanic Law Centre, Nantes University, France.

Interface spaces between land and sea, the coastlines are among the richest areas in the world. They are welcoming many kinds of human activity, sometimes conflicting, that generate a lot of jobs. Thus, coastlines are subjected to significant pressures, as shown by the concentration of populations in areas near the coast. Coastal areas are thus directly concerned by world-wide issues linked to sustainable development, for example exploitation of renewable ressources, fight against coastal erosion and pollutions etc… that are a major concern for both scientific research and public policies. Management of these hybrid spaces are complex and include the action of multiple actors, in every state (GUINEBERTEAU, TROUILLET, 2006).

For geography, the littoral or coastal zone is the line that separates the sea from the land or more generally, the area under the sole influence of the sea that is to say a wider area including the immediate hinterlands, coastal lands and shallow coastal areas. This topological conception shows the separation between land and sea, which is not fixed or stationary. Some old constructions are now present on the foreshore, showing a move of several meters in less than half a century. The shoreline is then dynamic, lively, and one should question the proactive nature and adaptability of the set up legal measures and frameworks (BEURIER, 2015). But before doing this, some preliminary comments are necessary on the very frameworks and especially on the legal definitions of the littoral.

Various legal definitions of the littoral zone and its management

Since coastal zones are under the exclusive jurisdiction of the coastal state, each state has elaborated its own rules to manage these particular areas. Legally speaking, there is no precise definition of coastal areas, even sometimes within these very national regulations. For instance, article 1 of the 1986 French Littoral Act (Loi Littoral), now embedded in art. L321-1 of the Environmental Code, states that the littoral is a « geographical entity » that requires a specific management, protection and development policy. The Italian Act No. 979 making provisions for the safeguard of the sea refers to the littoral without defining it. In the same way, the large majority of the national applicable rules are based on a land approach. Nevertheless all the definitions include coastal waters, marine waters and estuaries, and some portions of the land along the coast where human activities and natural processes both influence and are influenced by those in the water (BOAD, consulted in dec. 2015). The extent of these lands varies because its limits are determined not only by ecological and geological characteristics, but also by what is considered as manageable from a political and administrative perspective. So, each definition depends on the strategic interests at stake of the concerned actor(s) (state(s), organisation…), which is called the external legal policy of the states or organisation. Some general multilateral non-binding instruments adopted within an organisation define thus the coastal area, in a quite consensual way, as being for example «  the interface where the land meets the ocean, encompassing shoreline environments as well as adjacent coastal waters. Its components can include river deltas, coastal plains, wetlands, beaches and dunes, reefs, mangrove forests, lagoons, other coastal features » (World Bank, 1996).

This definition shows that the management of the development of human activities is necessarily linked to both maritime and land issues. In order to be efficient, the elaboration of littoral management frameworks can not be restricted only to the littoral zone, but should also include coastal and maritime activities in order to effectively protect and preserve the marine environment (art. 192 of the Montego Bay Convention on the Law of the Sea). The damages flowing from mismanagement of coastal development in a state are indeed not necessarily restricted to the territory under the jurisdiction of this very state. Inter-state cooperation is thus essential and the most relevant way to act efficiently. Some recent instruments demonstrate the necessity to harmonize the definition to achieve an integrated version of the coastal management (the so-called Integrated Coastal  Zone Management – ICZM). The issue was taken up by the European Union at the end of the 70’s by implementing the ICZM in Mediterranean through Coastal Area Management Programmes. Since then, notably according to the European Commission, ICZM is considered as being « a dynamic, continuous and iterative process designed to promote sustainable management of coastal zones. ICZM seeks, over the long-term, to balance the benefits from economic development and human uses of the Coastal Zone, the benefits from protecting, preserving, and restoring Coastal Zones, the benefits from minimizing loss of human life and property, and the benefits from public access to and enjoyment of the Coastal Zone, all within the limits set by natural dynamics and carrying capacity » (EC, 1999).

A good and recent example to comment is the 2008 Mediterranean ICZM Protocol, originally signed by 14 states and the European Commission, that entered into force in March 2011. According to its provisions, “coastal zone” means the geomorphologic area either side of the seashore in which the interaction between the marine and land parts occurs in the form of complex ecological and resource systems made up of biotic and abiotic components coexisting and interacting with human communities and relevant socio-economic activities (IDDRI, 2012). Like most of the provisions of international instruments, this provision is the result of a long and complex negotiation. This instrument contains then provisions that are a compromise, which is not always easy to read. In this case, the complexity is strengthened by two elements : the references to extra instruments and the fact that Parties of the Barcelona System i.e. the Mediterranean System, are also members of the European Union, which give rise to difficult questions. This is actually one of many examples of the transition from the elaboration of legal environmental norms to effective implementation of binding instruments, in a cooperative manner, which leads to the analysis of the proactive nature of the internationally elaborated legal norms and their relative applicability.

The proactive nature of the legal sets of rules, their adaptability to a changing socio-environmental context and relative applicability. Example of art. 8, ICZM Protocol.

Even though legal issues about the littoral management are far more numerous, notably as to the ICZM Protocol, please just have a look at a rather interesting example, that can be presented in 3 steps :

1. Mediterranean countries legislations generally provide for setback zones (i.e. non-building zone from from 50m up to 100m) that are not always equivalent to the littoral zones (from 100m up to 2km). As reported by a 2009 legal study stating the applicable rules in ten Mediterranean States, the presence of specific coastal legislation is not insuring a better performance of coastal protection. It indeed demonstrates that in practice, tolerance for infringements as to illegal constructions on the setback zones is high especially in France, Spain, Italy, Croatia, Tunisia and Turkey.

2. Article 8-2a of the Mediterranean ICZM Protocol states that the Parties « shall establish in coastal zones, as from the highest winter waterline, a zone where construction is not allowed. Taking into account, inter alia, the areas directly and negatively affected by climate change and natural risks, this zone may not be less than 100 meters in width […] Stricter national measures determining this width shall continue to apply ». Nevertheless, the following subparagraph allows States to adapt the aforementioned provisions « for projects of public interest » – without defining the public interest – or « in areas having particular geographical or other local constraints, especially related to population density or social needs, where individual housing, urbanisation or development are provided for by national legal instruments ».

3. The analysis of these elements allows us to observe the coexistence of the adaptability of, on the one hand,

  • the elaboration of binding international measures to environmental conditions and on the other hand,
  • the implementation of these measures to local and geographical context but also to general concepts such as the « public interest » whose interpretation is left in practice to the States.

Thus, even though article 31 of the Vienna Convention on the Law of Treaties states that conventions have to be applied in good faith, the aforementioned provision on the setback area leaves a significant margin of appreciation to the States as to its transposition in domestic law. As noticed by numerous legal researchers, this single issue will lead to further and complex works about the a hypothetic common vision of the Parties, whose elaboration should be directed by the Secretariat of the Barcelona Convention (IDDRI, 2012). Such an exercise is necessarily interdisciplinary and requires the insertion of legal issues within the further research projects that could be drawn up.

Methodological aspects. Integrating legal aspects of a interdisciplinary in a research project. Experience feedback.

In the example of article 8 of the ICZM Protocol as to setback zones, it is noteworthy that identification and calculation of the coastal setback zone require a comprehensive and integrated approach considering both technical and policy analyses. The conducted studies follow a multidisciplinary approach according general parameters as presented by the displayed table, which could be probably topped up. The identification and implementation of the coastal setback should be based on an integrated methodology that uses scientific knowledge of physical processes, information on ecological and landscape values, and, first of all, on the analysis of the policy requirements and the established legal system of the country.

Studies or research projects are dedicated to public « end-users ». About the setback zones, the decision makers should indeed understand the very broad sense of a legal provision, thanks to arguments that are not legal but economic, sociological, biological… ones :

Capture d’écran 2016-01-14 à 16.47.11

Source : EU SHAPE Project, 2007-2013

More generally, substantive aspects of the research projects to be conducted are thus highly linked to formal aspects. Of course, the results have to be properly disseminated. One should also recall that both end users and actors of the civil society have to be inserted within the construction and the execution of a research project.

Regarding more specifically legal sciences, there exists two methodological ways to tackle an interdisciplinary object within the framework of project. The first one, a rather classical one, is to build a whole Working Package on the legal aspects. Even though this approach presents some interest because it appears to be giving a prominent place to legal studies, this may lead to put aside the legal issues and the researchers in law, which is actually a multi- but not interdisciplinary way of working. The second one, probably the most difficult one, aims at inserting all or almost all the disciplines within Working Packages that are built up on general themes. Legal sciences can indeed have a role to play in each, accompanying in some cases the scientific research by introducing the legal applicable frameworks, OR assessing and proposing legal solutions directly linked to the results obtained by the non-legal researchers in some other cases. Within an interdisciplinary research project, the main challenge for the lawyers is thus to make possible the introduction of the results flowing from non-legal research within the hierarchy of norms.

To go further :

  • BILLÉ, Raphaël et ROCHETTE, Julien. The Mediterranean ICZM Protocol: Paper treaty or wind of change?. Ocean & Coastal Management, 2015, vol. 105, p. 84-91.
  • BRAUD, Xavier. La gestion intégrée des zones côtières et le droit de l’urbanisme littoral en France. VertigO-la revue électronique en sciences de l’environnement, 2013, no Hors-série 18.
  • CHRISTIE, Donna R. et HILDRETH, Richard G. Coastal and ocean management law in a nutshell. West Academic, 2007.
  • IDE, Mayssoun. Aménagement et protection des littoraux méditerranéens: Marseille (France) et Lattaquié (Syrie), étude comparée. 2013. Thèse de doctorat. Paris 8.
  • JUDA, Lawrence. International Law and Ocean Management. Routledge, 2013.
  • MIOSSEC, Alain. Encadrement juridique, aménagement du littoral, gestion du littoral: les géographes et le droit (Jurisprudence, coastal planning and management: geographers and law). Bulletin de l’Association de géographes français, 2004, vol. 81, no 3, p. 288-297.
  • RIMAUD, Marie-Noëlle et PIRIOU, Jérôme. La GIZC et le développement touristique: enjeux d’un principe organisateur pour la durabilité des stations littorales atlantiques. VertigO-la revue électronique en sciences de l’environnement, 2013, no Hors-série 18.
  • ROCHETTE, Julien et BILLE, Raphaël. ICZM protocols to regional seas conventions: what? why? how?. Marine Policy, 2012, vol. 36, no 5, p. 977-984.
  • WANG, Hanling. Ecosystem management and its application to large marine ecosystems: Science, law, and politics. Ocean Development & International Law, 2004, vol. 35, no 1, p. 41-74.
Crédit photo : Genheuh, Photo prise depuis la falaise de Leucate, avec au premier plan le Grau de la Franqui (étang de la Palme), Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 Unported license.

Opérations pétrolières et gazières en mer

Patrick CHAUMETTE

Centre de Droit Maritime et Océanique, université de Nantes –          Programme ERC Human Sea (Advanced Grant 2013 n° 340770)

Adaptation du code minier français au droit de l’Union européenne

La loi n° 2015-1567 du 2 décembre 2015 portant diverses dispositions d’adaptation au droit de l’Union européenne dans le domaine de la prévention des risques (dite DDADUE-Risques), publiée le 3 décembre 2015 au Journal officiel, a notamment pour objectif de modifier le code minier en vue de la transposition de la directive 2013/30/UE du 12 juin 2013 relative à la sécurité des opérations pétrolières et gazières en mer, qui a modifié la directive 2004/35/CE.

La loi du 2 décembre transpose plusieurs directives européennes dont deux importantes relatives à la mise en culture des organismes génétiquement modifiés (OGM) et à la sécurité des opérations de forage d’hydrocarbures en mer. En matière d’OGM, le gouvernement peut désormais s’opposer à la mise en culture d’organismes génétiquement modifiés sur la base de critères harmonisés en Europe et demander à une entreprise souhaitant obtenir une autorisation de mise en culture dans le périmètre de l’Union européenne d’exclure de sa demande le territoire français. La loi comprend aussi des dispositions précisant le champ de contrôle des autorités et les sanctions applicables en matière de produits et équipements à risque et de produits chimiques. L’article 13 transpose, au sein du code des transports, la directive 2014/90/UE du Parlement européen et du Conseil du 23 juillet 2014 relative aux équipements marins et abrogeant la directive 96/98/CE (JOUE, L 257, 28 août 2014, p. 146). Il s’agit d’harmoniser les instruments internationaux applicables concernant des équipements destinés à être mis à bord des navires, et d’assurer la libre circulation de ces équipements à l’intérieur de l’Union.

Concernant la sécurité des forages pétroliers en mer, la loi renforce les exigences applicables aux activités d’exploration : l’évaluation des risques d’accident et les moyens à mettre en œuvre pour limiter leurs probabilités et leurs conséquences sont renforcés ; les entreprises pétrolières doivent démontrer qu’elles disposent des moyens financiers suffisants pour faire face à un éventuel accident. Jusque là, la réglementation française se limitait à un décret du 6 mai 1971.

Objectif général de la transposition

La directive 2013/30/UE avait été adoptée au niveau européen notamment suite à l’accident du 20 avril 2010 de la plate-forme Deepwater Horizon. La directive s’applique ratione loci « dans la mer territoriale, dans la zone économique exclusive ou sur le plateau continental d’un État membre au sens de la convention des Nations unies sur le droit de la mer » (art. 2, § 2). Ne sont donc concernées ni les opérations effectuées dans les eaux intérieures des États membres, ni celles effectuées en haute mer. Au titre de la prévention, les États membres doivent imposer aux exploitants de « veiller à ce que toutes les mesures adéquates soient prises pour prévenir les accidents majeurs lors des opérations pétrolières et gazières en mer », et de prendre « toutes les mesures adéquates », lorsqu’ils se produisent néanmoins, pour limiter les conséquences de tels accidents pour la santé humaine et l’environnement. Plus généralement, ils doivent exercer leurs activités « sur la base d’une gestion systématique des risques » afin que ceux-ci « soient rendus acceptables » (art. 3).

Selon l’exposé des motifs de la loi, cette transposition vise à « améliorer la protection de l’environnement marin et des économies côtières », « établir des conditions de sécurité minimales pour l’exploration et l’exploitation du pétrole et du gaz en mer » et « améliorer les mécanismes de participation du public et d’information en cas d’accident ». Actuellement, l’activité offshore concerne essentiellement des explorations au large de la Guyane française et dans les Terres Australes et Antarctiques françaises (TAAF).

Évaluation des capacités techniques et financières du pétitionnaire

Selon la loi, « un permis exclusif de recherches d’hydrocarbures liquides ou gazeux » ou « une concession d’hydrocarbures liquides ou gazeux » peut être délivré si le pétitionnaire prouve qu’il est capable d’« assumer les charges qui découleraient de la mise en jeu de sa responsabilité en cas d’accident majeur », et qu’il est en mesure d’« assurer l’indemnisation rapide des dommages causés aux tiers ». Ce qui signifie que le demandeur doit disposer de « capacités techniques et financières suffisantes pour faire face aux différents impacts et dangers ».

« Lors de l’évaluation des capacités techniques et financières d’un demandeur sollicitant » un permis exclusif de recherches d’hydrocarbures liquides ou gazeux ou un permis de concessions, une attention particulière sera accordée à tous les « environnements marins et côtiers écologiquement sensibles, en particulier aux écosystèmes qui jouent un rôle important dans l’atténuation du changement climatique ». Seront pris en compte notamment les marais salants, les prairies sous-marines et certaines zones protégées, telles que les zones spéciales de conservation, les zones de protection spéciale, et les zones marines protégées. Un décret en Conseil d’Etat déterminera « la nature des garanties financières et les règles de fixation du montant » des garanties.

Élaboration d’un rapport sur les dangers majeurs et d’un programme de vérification indépendante

Concernant l’« autorisation d’ouverture de travaux de recherches ou d’exploitation », « dans la mer territoriale, dans la zone économique exclusive ou sur le plateau continental », le pétitionnaire devra notamment fournir un rapport sur les dangers majeurs et un programme de vérification indépendante.

Ce rapport, qui se substitue à l’étude de dangers, fera « l’objet d’un réexamen approfondi par l’exploitant au moins tous les cinq ans, ou (…) lorsque l’autorité administrative compétente l’exige ».

Le programme de vérification indépendante vise les installations définies, selon la directive 2013/30/UE, comme étant « un équipement fixe ou mobile, ou une combinaison d’équipements interconnectés en permanence par des passerelles ou par d’autres structures, utilisés pour des opérations pétrolières et gazières en mer ou en rapport avec ces opérations. Les installations comprennent les unités mobiles de forage au large lorsqu’elles sont positionnées dans les eaux situées au large des côtes aux fins du forage, de la production ou d’autres activités en rapport avec des opérations pétrolières et gazières en mer ».

Ce programme est élaboré conjointement par l’exploitant et le propriétaire de l’installation mais la vérification « est réalisée par une entité extérieure ou par une entité interne qui n’est soumise ni au contrôle, ni à l’influence de l’exploitant ou du propriétaire de l’installation ». Le vérificateur sera également « associé à la planification et à la préparation de toute modification substantielle de la notification d’opérations sur puits ». L’élaboration du programme de vérification indépendante n’exonérera « ni l’exploitant, ni le propriétaire de l’installation », voire le titulaire du titre minier, de sa responsabilité quand les équipements et les systèmes soumis à vérification fonctionnent correctement et sûrement.

Ces deux documents seront soumis à l’évaluation et à l’acceptation par l’autorité administrative compétente qui pourra également exiger qu’« un rapport sur les circonstances de tout accident majeur » lui soit transmis quand l’entreprise enregistrée sur le territoire national mène, soit elle-même, soit par le biais d’une filiale, des recherches ou des exploitations en mer hors de l’Union européenne en la qualité de titulaire d’une autorisation ou d’exploitant.

Coopération entre les Etats membres.

La directive visait par ailleurs à la coopération entre Etats membres et les échanges entre autorités et industriels. L’objectif est d’accroitre le retour d’expérience sur les accidents survenus à travers le monde et d’améliorer, le cas échéant, les standards européens en matière de sécurité. Ainsi, la loi permet à l’autorité de demander aux exploitants qu’elle contrôle un rapport sur les circonstances de tout accident majeur survenu hors des eaux de l’Union européenne dans lequel ils seraient impliqués directement ou par le biais de leurs filiales.

Responsabilité environnementale sans faute. 

La loi élargit le champ d’application du régime de « responsabilité environnementale sans faute » du 2° du I de l’article L.161-1 du code de l’environnement au milieu marin. Même en l’absence de faute caractérisée, un opérateur occasionnant des dommages environnementaux est ainsi tenu d’en assurer la réparation ou la compensation.

Mise en place de dispositions pénales

L’exploitant ou le propriétaire de l’installation, voire le titulaire du titre minier, qui entreprend des travaux de recherches ou d’exploitation sans détenir un permis exclusif de recherches ou une concession, et sans autorisation d’ouverture des travaux, pourra être condamné soit, en l’absence de permis  exclusif de recherche et d’autorisation, à une peine d’emprisonnement d’un an et une amende de 15 000 euros, soit, en l’absence de concession et d’autorisation, à une peine d’emprisonnement de deux ans et une amende de 30 000 euros (art. L. 512-1 et L. 512-5 code minier).

Exclusion des travaux souterrains de la réglementation ICPE

La loi a pour objectif d’ajuster « le code minier concernant les stockages souterrains de gaz, d’hydrocarbures ou de produits chimiques ». Jusqu’à présent, ces stockages, bien que soumis aux directives « Seveso » et aux plans de prévention des risques technologiques, n’étaient pas soumis à la législation des Installations Classées pour le Protection de l’Environnement (ICPE), mais au code minier. A l’occasion de la transposition de la directive Seveso III, il a été décidé d’intégrer ces stockages souterrains à la nomenclature des ICPE. En conséquence, l’article exclut du champ du code minier les travaux souterrains liés à ces stockages, afin d’éviter l’application d’une double législation relative à la sécurité pour ces installations. Le droit du sous-sol reste en revanche inchangé et un titre minier restera nécessaire pour rechercher une formation apte au stockage et en réaliser une exploitation économique

Quand les stockages souterrains ne sont pas soumis à la législation et à la réglementation des Installations Classées pour le Protection de l’Environnement (ICPE), ils sont soumis aux dispositions du code minier. Cette exclusion permet d’éviter tout doublon avec les directives « Seveso » et la législation et la réglementation des plans de prévention des risques technologiques.

Loi n° 2015-1567 du 2 décembre 2015 portant diverses dispositions d’adaptation au droit de l’Union européenne dans le domaine de la prévention des risques JORF 3 décembre 2015, p. 22299

Directive 2013/30/UE du Parlement Européen et du Conseil du 12 juin 2013 relative à la sécurité des opérations pétrolières et gazières en mer et modifiant la directive 2004/35/CE, JOUE, L 178, 28 juin 2013, pp. 66-106

2013/30/UE – EUR-Lex – Europa

« En finir avec le bleu pétrole Pour une meilleure régulation des activités pétrolières et gazières offshore », J. Rochette, M. Wemaëre, L. Chabason, S. Callet, IDDRI, Sciences Po, Study, n° 1, 14 février 2014, 40p. (http://www.iddri.org/Publications/Collections/Analyses/Study0114_JR%20et%20al_offshore_FR.pdf )

« Un régime « Seveso » pour les accidents majeurs liés aux opérations pétrolières et gazières en mer (Directive 2013/30 du 12 juin 2013, relative à la sécurité des opérations pétrolières et gazières en mer et modifiant la directive 2004/35/CE) », P. Thieffry, RTD Européen, Dalloz, 2014 p. 553 et s.

Le droit de la mer face aux nouvelles ressources rares et le devoir de protection de l’environnement

Gaëtan BALAN
doctorant du Programme Human Sea, CDMO, Faculté de Droit et des Sciences politiques de l’Université de Nantes

Notre planète est recouverte à 70% par les océans mais les ressources que ceux-ci recèlent sont encore mal connues bien qu’elles suscitent l’intérêt croissant des États, des Organisations régionales et des entreprises qui y voient un gisement d’avenir en termes de développement et d’innovation. Bien entendu, les ressources fossiles telles que le gaz ou le pétrole ainsi que leurs applications industrielles sont bien connues, elles ne résument pas l’ensemble des richesses maritimes potentiellement exploitables. Ces dernières années ont vu un développement rapide et constant des techniques d’explorations en mer, où l’investissement dans les infrastructures offshores supportant des conditions extrêmes est croissant. La recherche scientifique sur les ressources marines, telles que les algues ou les ressources minérales des grand fonds, confirme ce potentiel économique. C’est l’ensemble de ces données qui a suscité la mise en place de soutiens aux activités dans le secteur maritime, au travers notamment du programme d’investissement Horizon 20201 de l’Union Européenne, phénomène que l’on pourrait imager par une course à la “croissance bleue”2

C’est dans ce contexte que s’inscrit la problématique spécifique des ressources maritimes rares et de leur exploitation. Celles-ci regroupent l’ensemble des ressources, fossiles ou non, renouvelables ou non, qui ne sont présentes qu’en quantité dans des zones très précises de la planète. On considère toutefois que ce sont des ressources à haute valeur économique en raison de leur composition3. Par exemple, les nodules polymétalliques4 contiennent des métaux tels que le cobalt, le silicium ou encore le nickel. Ces métaux sont extrêmement précieux pour les industries de pointes. Les entreprises concernées sont essentiellement présentes dans les secteurs de l’électronique, de la défense, de l’aérospatial ou encore de la robotique. Ces entreprises sont consommatrices de métaux rares pour concevoir des composants de précision, ou développer des produits dans leurs départements de recherche.

Cependant, la mise en place d’un secteur minier efficient pour ces ressources est complexe et ne peut être qu’extrêmement limitée dans le temps. Cette caractéristique des ressources, qui concerne le pétrole et le gaz, s’applique également aux sulfures et nodules polymétalliques. Ainsi, chaque zone de prospection est spécifique, à la fois en termes de ressources ainsi qu’en termes géographique et géologique. Le droit applicable dans ces zones dépend dans la plus grande majorité des cas, de l’Autorité Internationale des Fonds Marins5  lorsque les gisements se situent en haute-mer. La compétence d’attribution des autorisations d’exploration ou d’exploitation des ressources dans la Zone relève donc de l’Autorité Internationale des Fonds Marins. Toutefois, la responsabilité des navires sur zone et de leurs agissements relève, pour schématiser, classiquement de l’État du pavillon qui doit veiller au respect des normes internationales6.

L’autorité a défini trois zones pour la prospection industrielle des nodules : dans le centre du pacifique nord-central, le bassin du Pérou, et le centre de l’océan Indien7. Il est ainsi nécessaire de concilier une gestion durable des ressources et la volonté de recherches scientifiques propres au milieu marin qui ont à la fois des enjeux économiques et juridiques.

Ces ressources ne peuvent être produites qu’en quantité extrêmement limitée. La durée de renouvellement des stocks est particulièrement longue. La zone de Clarion-Clipperton8, dans l’océan Pacifique, est un cas d’école des problématiques associées à l’exploitation des nodules polymétalliques. Le droit et la recherche rencontrent ici un point d’interaction entre d’une part l’émergence de nouvelles potentialités économiques et des perspectives de développement qu’elles apportent et d’autre part, un environnement fragile, héritage commun de l’humanité qui doit être protégée au terme de l’article 1369 de la Convention de Montego-Bay.

L’état des connaissances scientifiques sur la question est par ailleurs un enjeu juridique considérable. Celui-ci conditionne les normes applicables aux différents acteurs sur site en termes de protection de l’environnement et de prévention des risques, avec pour objectif la prévention des accidents et des pollutions qui pourraient en découler. Les découvertes scientifiques permettent de découvrir le plein potentiel de ces ressources, de mieux comprendre leurs natures, mais surtout de révéler la fragilité des écosystèmes qui les entourent. Ainsi, l’état de la recherche sur ces zones peut changer le cadre juridique applicable aux contrats et aux permis accordés par l’autorité, ainsi que les conditions d’exploitation si un danger potentiel est découvert10. Les zones géographiques tout comme la taille des gisements potentiels comportant assez de nodules ou de sulfates pour être exploitées sont extrêmement limitées.

Les autorisations administratives ne sont toutefois pas la seule limite, car l’exploitation sur site des ressources maritimes, dites rares, comporte un certain nombre de difficultés techniques. Cet état de fait demande la conception de bateaux technologiquement capables de traiter une activité minière avec un volume d’eau d’important. Il faut également que ces bâtiments puissent traiter les ressources voire transformer avant de les acheminer à terre. Cela demande un ensemble de compétences techniques de pointe que peu de pays possèdent.

Toutefois, ces spécificités sont la source d’une autre difficulté concernant leurs conciliations avec le respect durable de l’environnement de telles activités. En effet, la conservation et la gestion durable des ressources sont des objectifs inscrits dans les traités et dans les législations des États parties à la convention de Montego-Bay. Ces obligations légales et conventionnelles se trouvent confortées par une opinion publique internationale extrêmement sensible à la protection de l’environnement. Le secteur maritime a donc dû s’adapter. Un des obstacles réside dans la connaissance scientifique limitée des nodules polymétalliques et les sulfates. L’application industrielle de ces matériaux n’est pour l’instant que potentielle. De plus, il n’est pas possible de prévoir les conséquences de l’exploitation en mer sur l’environnement. Il est également très difficile de prévoir les conséquences de cette activité et des retombées potentielles sur les populations ou sur le personnel travaillant sur les plateformes.

C’est le rôle de l’Autorité Internationale des Fonds Marins d’encadrer les recherches scientifiques en haute mer11 et d’autoriser ou non l’exploration de certaines zones12. L’évaluation des conséquences potentielles de l’action en mer et la protection de l’environnement se trouvent ainsi consacrées par le droit international tout en étant des enjeux d’avenir pour les États eux-mêmes. L’Autorité a pour mission de protéger l’environnement et le milieu marin, volonté qui se trouve confirmée par la composition même du conseil. En effet celui-ci, composé de scientifiques conditionne la délivrance les autorisations d’exploitation ou d’exploration à un programme de préservation de l’environnement sur zone ainsi qu’à une étude d’impact obligatoire en amont du projet. A ces limitations s’ajoute un dernier impératif à remplir, une condition sine qua non pour obtenir un permis de recherche ou d’exploration émanant de l’ISA : le potentiel de ces recherches doit pouvoir bénéficier à l’ensemble de l’humanité13.

La condition du bénéfice pour l’humanité apparaît comme une véritable limite pour les compagnies souhaitant exploiter des gisements qui comportent un ensemble d’écosystèmes marins fragiles. Les États, via la loi du pavillon, et l’Autorité ont donc pour mission légale et morale, de préserver cet héritage commun pour les générations futures et d’en réguler strictement l’exploitation au moyen d’instruments juridiques contraignants à leur disposition. L’état actuel des connaissances scientifiques constitue un élément déterminant dans la procédure de délivrances des autorisations d’exploration et d’exploitation.

Il est ainsi du ressort de l’autorité d’obtenir suffisamment de garanties pour autoriser une exploitation en haute mer sans pour autant compromettre ni l’environnement en lui-même ni les écosystèmes qui en sont dépendants.

Bibliographie indicative sur le sujet :

Ouvrages :

Boutelet, Marguerite, and Jean-Claude Fritz. L’ordre public écologique : Towards an Ecological public order. Bruxelles: Emile Bruylant, 2005.

Fouquet, Yves, and Denis Lacroix. Les ressources minérales marines profondes: étude prospective à l’horizon 2030. Versailles: Quæ, 2012.

Gros, André. La convention sur la pêche et la conservation des ressources biologiques de la haute mer. Leiden; Boston: Brill, 2008.

Ngwanza, Achille, and Gilles Lhuilier, eds. Le contentieux extractif. Chambre de Commerce Internationale, 2015.

Articles :

Dupont, Gaëlle. “Les fonds marins, objet de convoitise pour les Etats.” Le Monde.fr, May 12, 2009, sec. Planète. http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/05/12/les-fonds-marins-objet-de-convoitise-pour-les-etats_1191965_3244.html.

Le Gurun Gwenaelle, « Le projet de Règlement relatif à la prospection et à l’exploration des sulfures polymétalliques dans la Zone à la lumière du Règlement relatif à la prospection et à l’exploration des nodules polymétalliques dans la Zone » ADMO, 2008

Le Gurun Gwenaëlle, « Les premières aides octroyées par le fonds de dotation pour la recherche scientifique marine dans la Zone de l’Autorité internationale des fonds marins » ADMO, 2009

Vanney, Jean-René. “L’exploitation des nodules polymétalliques : une convergence de difficultés.” Norois 106, no. 1 (1980): 217–36.

  1. Programme européen d’investissement et de soutien à l’innovation sur la période 2014-2020 d’un montant globale de 80 milliard d’euros http://ec.europa.eu/programmes/horizon2020/ []
  2. La « Croissance bleue » désigne l’investissement dans l’exploitation des ressources marines aussi bien halieutique, les énergies issues des océans, que les ressources fossiles susceptible d’être exploitées. []
  3. United Nations et al., Marine Mineral Resources: Scientific Advances and Economic Perspectives. [New York, NY]: United Nations Division for Ocean Affairs and the Law of the Sea, Office of Legal Affairs, and the International Seabed Authority, 2004 []
  4. Michel Hoffert, Les nodules polymétalliques dans les grands fonds océaniques : Une extraordinaire aventure minière et scientifique sous-marine, Paris: Vuibert, 2008 []
  5. L’autorité internationale des fonds marins fut créé par le traité de Montego-Bay de 1982. Son rôle est défini par la partie XI de la Convention. Elle est établie par l’article 156 de la Convention. Convention des Nations unies sur le droit de la mer, Montego-Bay ci-après (CMB) le 10 décembre 1982. Loi n° 95-1311, JO du 22 décembre 1995.https://www.isa.org.jm/fr/contractants-des-fonds-marins?qt-contractors_tabs_alt=1#qt-contractors_tabs_alt []
  6. Bien que le régime de la liberté de navigation soit la règle générale on assiste depuis quelques années à une tentative de territorialisation des eaux internationales par les Etats côtiers. Cette tentative peut se matérialiser par l’aménagement d’îles pour les rendre exploitables afin d’accroître les revendications sur le territoire maritime comme le montre la stratégie en mer de Chine. “What China Has Been Building in the South China Sea,” The New York Times, July 31, 2015, http://www.nytimes.com/interactive/2015/07/30/world/asia/what-china-has-been-building-in-the-south-china-sea.html. []
  7. Les zones de prospection et d’exploration conclues par l’Autorité sont au Nombre de 22 ; 13 pour les nodules polymétallique, 5 pour les sulfures et 3 pour l’exploration des encroûtements. []
  8. Deep Sea Macrofauna of the Clarion-Clipperton Zone, CCZ, Taxonomic Standardization Workshop, Uljin, the Republic of Korea, 23-30 November 2014, Jamaica: International Seabed Authority, 2015 []
  9. Article 136 « Patrimoine commun de l’humanité La Zone et ses ressources sont le patrimoine commun de l’humanité. » CMB []
  10. Le risque d’un danger environnemental est une cause de suspension de travaux. Sandrine Maljean-Dubois, “L’arrêt rendu par la Cour internationale de Justice le 25 septembre 1997 en l’affaire relative au projet Gabcikovo-Nagymaros [Hongrie c./ Slovaquie],” Annuaire français de droit international 43, no. 1 (1997): 286–332. []
  11. Art 143 de la Convention et le premier point « La recherche scientifique marine dans la Zone est conduite à des fins exclusivement pacifiques et dans l’intérêt de l’humanité tout entière, conformément à la partie XIII » CMB []
  12. International Seabed Authority, Consolidated Regulations and Recommendations on Prospecting and Exploration, Kingston, Jamaica: International Seabed Authority, 2013 []
  13. Art 140 : « Intérêt de l’humanité 1. Les activités menées dans la Zone le sont, ainsi qu’il est prévu expressément dans la présente partie, dans l’intérêt de l’humanité tout entière, indépendamment de la situation géographique des États, qu’il s’agisse d’États côtiers ou sans littoral, et compte tenu particulièrement des intérêts et besoins des États en développement et des peuples qui n’ont pas accédé à la pleine indépendance ou à un autre régime d’autonomie reconnu par les Nations Unies conformément à la résolution 1514 [XV] l et aux autres résolutions pertinentes de l’Assemblée générale. 2. L’Autorité assure le partage équitable, sur une base non discriminatoire, des avantages financiers et autres Avantages économiques tirés des activités menées dans la Zone par un mécanisme approprié conformément à l’article 160, paragraphe 2, lettre f, i. » CMB []

Droit et Energies Marines Renouvelables

La nécessaire insertion des problématiques juridiques dans les projets de développement des Energies Marines Renouvelables.

Cédric Leboeuf, CDMO, Univ. Nantes et Odile Delfour-Samama, CDMO, Univ. Nantes

Si les énergies marines renouvelables apportent leur lot de solutions à un développement énergétique pérenne et écologiquement responsable de la société, elles n’en sont pas moins porteuses d’un bon nombre de problématiques juridiques. Comme pour la très grande majorité des innovations d’origine technique, quels qu’en soient les objectifs originels, le droit positif peut se révéler lacunaire voire inopérant. Les nouveaux usages des espaces maritimes interrogent le Droit, requérant une modification des cadres applicables ou, à défaut, une intervention du juge. La présence d’un volet juridique dans les projets de développement des énergies marines renouvelables apparaît essentielle.
Continuer la lecture de Droit et Energies Marines Renouvelables

Wildlife Protection and Illegal Activities at Sea

BALAN Gaëtan, PhD candidate, European Research Program Human Sea, Maritime and Oceanic Law Center, Univ. Nantes, France

Human activities are now recognised as having an impact on our environment and our global ecosystem. It is an essential condition of human viability taken on the long run. Our moral duty is thus to protect this natural legacy, because biodiversity is an essential part of life on our planet. The main international legal base for protection and preservation of wildlife diversity is the Convention of International Trade in Endangered Species (CITES) signed the 1st January 19731 . This convention protects endangered species against illegal trafficking and illegal capture. The main identified danger for the sustainability of biodiversity is illegal human activities including international wildlife trafficking.

This traffic exploits legal weaknesses of international legal framework to develop an illegal wildlife market. It is a major risk for the biodiversity if we don’t act to protect it through building a legal framework, a more thorough political engagement and potentially by creating new international mechanisms for wildlife protection. The 15th International Wildlife Law Conference2 took place during this emergency situation at the University of Grenada, Spain. This Conference gave an occasion to discuss the current situation of wildlife protection and legal repression of trafficking. All participants exposed their point of view and exchanged ideas. Debates resulted in the assertion that environmental protection is a global issue requiring a global approach.

Wildlife trafficking can be compared to international drug trafficking : logic and economic issues are comparable but for the legal risks which are negligible. The reality is that the consumerdemand of exotic animals and plants creates opportunities for traffickers. They use all illegal importation ways, for example maritime transport, to respond to this demand. This traffic exists because legal protection for species is not the same in all the countries of the world. It’s another legal weakness for wildlife international legal protection.

Compared to drug trafficking, legal risks to the first one are not actually serious but regulations of illegal activities at sea include this traffic. Smuggling of prohibited goods is not a new phenomenon and concerns all the states. This weakness of control benefits the development of a highly profitable market.  In this point of view, it appears necessary to have a real international legal framework about wildlife trafficking in order to fight it efficiently with the same legal bases and risks of penalty.

Control authorities can act against illegal trafficking only if states have legal competences for that. Currently, we can ask how legislations about this specific illegal trafficking can be applied. The answer is complex because each country has its own legislation about wildlife regulations. The rules of regional organisation can complete and support the national law about this problematic. The CITES convention aims at protecting the sustainably of endangered species at the international legal level. They give an exhaustive list of protect species with import prohibition or with importation limits. According to article VIII, States parties shall take appropriate measures to enforce the provisions of the Convention and to prohibit trade in specimens in violation thereof

The CITES convention tries to engage states to use or create all legal measures to guarantee preservation of natural life.  This raises the need to develop the legal framework for this issue and the project of convention for protection of biodiversity in High Sea3 goes in this sense. In the same way, we have a true political preoccupation to create maritime protected areas, which has to contend with economic limits. In fact, natural marine or land parks do not have enough logistics to protect their animals or plants resources. To be effective, authorities in charge of these areas need more economic and logistic support.

Today, the black market and contraband are real illegal economic activities inside occidental ports. The Police and Control authorities perform a global control but it’s impossible to check each part of this international trade. If we protect wildlife against this traffic and guarantee its integrity with a specific legal framework, we can hope to give this legacy to the next generations.

  1. Convention on International Trade in Endangered Species of Wild Fauna and Flora,3 March 1973,entry in force 1st January 1975. Since 15 April 2015 European Union is part at this treaty. http://cites.org/eng []
  2. 15thInternational Wildlife Law Conference, 26-27 March  2015, University of Granada []
  3. Meeting of 20 au 23 Janury 2015 United Nations Organisation,  Y.Tephany  ”The Conservation and Sustainable Use of Marine Biological Diversity in High Seas” 3 February 2015, Research Notebook online, European Research Program Human Sea. []

La hausse du niveau de la mer et ses défis

English version here

Aris-Georges Marghélis, CDMO, Université de Nantes, France

Trente-trois ans après sa conclusion, la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (CNUDM) demeure le texte de référence qui régit les rapports des États à la mer et en mer. Inévitablement, le temps interroge certains de ses aspects comme sa cohérence, son adéquation aux nouveaux enjeux – souvent impensables ou non envisagés en 1982 – et l’infaillibilité de certains de ses principes. Continuer la lecture de La hausse du niveau de la mer et ses défis

The sea level rise and its challenges

Version française ici

Aris-Georges Marghélis, CDMO, University of Nantes, France

Thirty-three years after its conclusion, the United Nations Convention on the Law of the Sea (UNCLOS) remains the reference text governing States’ relations at sea and to the sea. Inevitably, time raises questions as to UNCLOS’ coherence, consistency with new challenges – often unconceivable or unconsidered in 1982 – and infallibility of some of its principles.

Among those new challenges are global warming and subsequent sea level rise, likely to eventually raise maritime border issues of new nature. It shall be reminded that one of the major and genius innovations of UNCLOS has been the functional division of ocean space in zones, designed to contain and regulate the expansionist tendencies of States at sea, contrarily to previous conventions that, apart territorial waters, provided only one zone for all ocean pools. Consequently, it is possible to imagine the consequences that may have a deregulation of the mode on which this division is based. Sea level rise affects indeed the basis of this division: the baselines from which are measured and established all maritime zones.

Réactions au projet de Convention sur la conservation et l’exploitation durable de la biodiversité en haute mer

La convention de Montego-Bay1  est souvent perçue comme la base du droit international de la mer, toutefois il était impossible prévoir l’évolution des activités humaines au moment de sa création en 1982. La communauté internationale a marqué sa volonté de préserver l’environnement et d’établir un cadre juridique efficace en haute mer lors de la réunion qui s’est tenue à New York en janvier dernier2

Le groupe de travail a abouti à un projet, spécifiquement dédié à la protection de la biodiversité au vu de l’absence de règlement spécifique à la haute mer3 . Un bon nombre d’espoirs ont donc pesé sur ces négociations pour l’élaboration des recommandations et d’un consensus satisfaisant toutes les parties. Il convient d’examiner les différentes réactions qui ont accueilli cette déclaration4 non contraignante.

Au rythme des innovations technologiques et des nouvelles méthodes d’exploration et d’exploitation, la haute mer devient une source de richesses de plus en plus porteuses de promesses pour l’avenir. Les différents acteurs regardent l’avènement d’une nouvelle convention avec grand intérêt, car potentiellement directrice de leurs futures politiques de développement. C’est un jeu d’équilibre extrêmement délicat qui guide ce projet de convention, en cherchant à combiner un développement soutenable sur le long terme5) avec une volonté affichée de préserver l’environnement en encadrant l’activité économique((Les activités concernées sont essentiellement l’exploitation off-shore, la pêche et mais également des activités tels la production d’énergie en mer)) .

Dès lors entre en jeu le rapport de force entre deux courants défendant des positions radicalement différentes. D’une part, les Etats6 soutenant le projet de convention au nom de l’urgente nécessité d’encadrer l’exploitation des ressources halieutiques pour assurer la protection de l’environnement mais également préserver la ressource elle-même pour les générations futures.

D’autre part, les États opposés7 à la convention au nom de la liberté économique et considérant le cadre juridique général donné par la Convention de Montego-Bay8comme suffisant.

Il sera indispensable pour les différents protagonistes de trouver des compromis qui permettent de protéger efficacement la biodiversité en haute mer. Un pas a toutefois été franchi, car un grand nombre d’États s’accordent sur le caractère contraignant de la future convention. Les données scientifiques devront ainsi être confrontées, pour arriver à un nouveau cadre juridique alliant protection des océans et exploitation des ressources marines.

Alors que penser de l’application sur le terrain d’une future convention dont l’élaboration et l’adoption même suscite un débat aussi vif ? Il va sans aucun doute être difficile de mettre en œuvre de manière effective les futures dispositions conventionnelles. Les réactions oscillent ainsi entre un espoir de prise de conscience d’un problème bien réel quant à la menace sur la biodiversité en haute mer, et un pragmatisme engendré par la crise économique au vu des contraintes que cela ferait peser sur l’encadrement de l’exploitation des sources de richesses en mer.

Les grand États ont ainsi connu les mêmes débats qui ne sont toujours pas tranchés par les différents juristes internationaux quant à la méthode la plus efficace de gestion des ressources maritimes. La résolution prise à la sortie de la réunion[9] permet d’éclairer ce débat d’avenir qui aura d’importantes conséquences non seulement sur la disponibilité des ressources à long terme, mais également sur la gestion de plus en plus mondialisée des océans et de leurs richesses.

C’est pour l’ensemble de ces raisons qu’il sera difficile mais non pas impossible de parvenir à un consensus à la fois sur le fond du texte mais également sa mise en œuvre. L’avenir du texte se décidera lors de la réunion de l’assemblée générale des nations unies qui devra, si un consensus est trouvé, convoquer une réunion intergouvernementale, avant la fin de sa 69e session, ayant pour tâche de commencer les négociations pour obtenir un accord juridique contraignant. La prochaine étape ayant lieu avant septembre 2015 avec l’adoption du projet par l’Assemblée Générale des Nations Unies d’un projet de résolution.

  1. Convention des Nations unies sur le droit de la mer, dite Convention de Montego-Bay (CMB) du 10 décembre 1982. Loi française n° 95-1311 du 21 décembre 1995, autorisant la ratification de la convention des Nations unies sur le droit de la mer (ensemble neuf annexes) et de l’accord relatif à l’application de la partie XI de la convention des Nations unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982, JORF du 22 décembre 1995 []
  2. Réunion du 20 au 23 janvier 2015 dans les locaux de l’Organisation des Nations Unies, voir Y.Tephany « La conservation et l’exploitation durable de la biodiversité en Haute mer » []
  3. La Haute mer et son statut font l’objet de la partie VII de la CMB []
  4. Recommendations of the Ad Hoc Open-ended Informal Working Group to study issues relating to the conservation and sustainable use of marine biological diversity beyond areas of national jurisdiction to the sixty-ninth session of the General Assembly 23 January 2015 []
  5. « Un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs », Mme Gro Harlem Brundtland, Premier Ministre norvégien (1987 []
  6. Principalement l’Union Européenne et le G77. []
  7. USA et Japon notamment []
  8. Rés.68/70 du 9 décembre 2013, para. 200 []

La conservation et l’exploitation durable de la biodiversité en Haute mer

English version here

par Yann Tephany,

doctorant au CDMO, Faculté de Droit et des Sciences politiques de l’Université de Nantes

La réunion qui s’est tenue du 20 au 23 janvier 2015 à New-York a abouti à un accord concernant l’élaboration d’un instrument juridique relatif à « la conservation et l’exploitation durable de la diversité biologique au-delà des eaux sous juridiction nationale » [1] c’est-à-dire en haute mer. L’action du groupe de travail[2] s’inscrit dans la continuité des dispositions initiées par l’assemblée générale des Nations-Unies sur les océans et le droit de la mer[3]. Continuer la lecture de La conservation et l’exploitation durable de la biodiversité en Haute mer

The conservation and sustainable use of marine biological diversity in high seas

Version française ici

by Yann Tephany,

PHDc , Maritime and Oceanic Law Centre, Law Faculty of the University of Nantes,

The meeting, held in New York from January 20 to 23, 2015 led to an agreement on the development of a legal instrument on “the conservation and sustainable use of marine biological diversity beyond areas of national jurisdiction” [1] in other words, on the high sea. The Ad Hoc group’s[2] work is in continuity of the measures initiated by the General Assembly of the United Nations on Oceans and the Law of the Sea[3]. Continuer la lecture de The conservation and sustainable use of marine biological diversity in high seas